Isolation toiture plate : techniques et fonctionnement

mercredi 13 novembre 2013

Isoler une toiture plate nécessite des travaux particuliers. En effet, avec sa structure spécifique, le toit plat présente l’avantage de vous faire gagner de l’espace à vivre dans votre maison ; mais en revanche, les problèmes d’étanchéité sont nombreux et les méthodes d’isolation thermique, parfois complexes.

Les spécificités d’un toit plat

La toiture plate, ou toit-terrasse, est de plus en plus répandue sur les maisons contemporaines. Son style, mais aussi ses atouts en matière d’espace intérieur sont incontestables : sans pentes de toit, pas d’espace perdu ! Par ailleurs, comme l’isolant se fait pratiquement toujours par l’extérieur, aucune réduction de surface habitable n’est à déplorer. Enfin, certaines toitures plates sont accessibles en terrasse, donnant ainsi un cachet supplémentaire à votre maison.

Cependant, la forme spécifique de ce type de toiture encourage les problèmes liés à l’eau, qui y stagne plus facilement : infiltrations et condensation peuvent favoriser la survenue de fuites et un mauvais confort thermique. Comme dans n’importe quelle maison, sachez que les déperditions d’énergie s’y concentrent jusqu’à 30 % : raison de plus pour isoler votre toiture plate avec soin, à l’aide de techniques éprouvées.

Toiture plate : l’isolation chaude

Cette méthode d’isolation par l’extérieur, la plus répandue pour les toits plats, consiste à poser l’isolant juste en dessous du revêtement de la toiture. Le matériau isolant est posé sur un support étanche, sur lequel est intercalée une membrane pare-vapeur qui évitera la condensation et renforcera l’étanchéité.

Les matériaux isolants pouvant être utilisés sont des panneaux rigides et denses en polystyrène (XPS) ou polyuréthane (PIR), qui permettent de continuer à marcher sur votre toiture terrasse. Les laines minérales sous forme de panneaux à haute densité sont aussi très utilisées.

Par-dessus, une couche imperméable en élastomère ou un roofing à base de bitume est appliqué.

L’avantage de cette méthode est la simplicité des travaux, et l’aspect de la toiture qui paraît immédiatement neuve ! La toiture chaude limite les risques d’infiltration et de fissures, ainsi que le développement de mousses liées à la stagnation de l’eau ; votre toit-terrasse résiste mieux aux intempéries. Par ailleurs, la pose d’une membrane pare-vapeur évite toute condensation dans l’isolant et ainsi, toute perte d’efficacité.

Prix : à partir de 50 €/m² TTC.

Toiture plate : l’isolation froide

L’isolation froide est une méthode consistant à isoler une toiture plate par l’intérieur. En passant par le plafond sous le toit, on accède à la face inférieure du support. C’est là que l’isolant est posé, séparé du support par une lame d’air censée éviter la condensation. Le tout repose sur une ossature en bois ou métallique. Panneaux de polystyrène et laines minérales sont les matériaux les plus utilisés.

Cette technique n’est plus recommandée aujourd’hui. En effet, outre la perte de surface habitable occasionnée par la pose de l’isolant, la surface extérieure de votre toiture plate n’est pas protégée convenablement des intempéries et des variations de température. Fissures, humidité et infiltrations peuvent survenir plus facilement, et les performances thermiques sont moindres. Enfin, ce type d’isolation occasionne davantage de condensation, malgré la circulation d’air obligatoire : votre isolant perd de son efficacité.

Ce procédé d’isolation n’est pas éligible à la Prime Eco Energie.

Prix : à partir de 10 €/m² TTC

Toiture plate : l’isolation inversée

Cette méthode d’isolation de toiture plate est utilisée quand le support d’étanchéité (roofing, élastomère, etc.) est en parfait état et ne nécessite pas d’être renforcé, par exemple par une membrane pare-vapeur. On pose le matériau isolant directement sur l’ancien revêtement de toit : panneaux PIR ou XPS, laine minérale à haute densité, etc. La solidité des isolants mis en œuvre est importante car ces derniers doivent ensuite être lestés afin d’être maintenus en place : une couche de graviers, par exemple, mais aussi une toiture végétalisée font souvent office de poids. S’il s’agit d’une toiture-terrasse où l’on marche souvent, privilégiez les panneaux XPS, suffisamment solides et imperméables à la fois.

L’inconvénient de cette technique est l’exposition du matériau isolant aux intempéries, et notamment à la pluie. Il peut plus facilement se tasser et afficher de moins bonnes performances thermiques. La pose doit donc être irréprochable et la nature de l’isolant soigneusement sélectionnée. De plus, il vous faudra exercer une surveillance régulière de l’état de votre toit plat afin de traquer d’éventuelles infiltrations.

Prix : environ 50 €/m² TTC

Toiture plate : l’isolation combinée

C’est la technique la plus efficace pour isoler un toit plat ! La toiture combinée est un mélange de toiture chaude et de toiture inversée. Sur le support étanche, on positionne une première couche de matériau isolant que l’on vient recouvrir d’une membrane pare-vapeur ; ensuite, sur cette membrane, est posée une seconde couche d’isolant, qui sera, elle, lestée avec du gravier par exemple. Cette seconde couche d’isolation est impérativement constituée d’un isolant résistant à l’humidité.

Qui dit double couche d’isolation dit meilleure efficacité thermique ! La méthode de la toiture combinée est reconnue comme la plus performante. Elle est également plus coûteuse, mais sera plus durable qu’une isolation traditionnelle.

Prix : à partir de 80 €/m².

Calculezvotre prime
Inscrivez-vousdès maintenant