+

Information importante COVID-19

Chers clients, chers visiteurs,
Nous reprenons progressivement l'étude de vos dossiers envoyés durant le confinement. Nous ne pouvons pas encore garantir des délais de traitement normaux pour les dossiers envoyés par courrier ou par mail.
Pour en savoir plus sur l'état d'avancement de votre dossier, nous vous invitons à vous connecter sur votre espace personnel.

Vous pouvez également nous contacter par mail ou par chat via notre site internet.

Nous vous remercions pour votre compréhension.

Information COVID-19

Qu’est-ce qu’une maison bioclimatique ?

Date de publication : vendredi 17 juillet 2020

La RT 2012 s’applique depuis 2013. Cette réglementation thermique a donné naissance au concept de maison bioclimatique. Mais de quoi s’agit-il et comment construire sa maison bioclimatique ?

Plante verte sur un appui de fenêtre

Maison bioclimatique : définition

La norme énergétique de construction applicable depuis 2013 est la norme RT 2012. Cette réglementation thermique impose que les bâtiments à usage résidentiel ne dépassent pas une consommation annuelle de 50 kWh par mètre carré. Ainsi, une maison de 100 mètres carrés ne devra pas dépasser le plafond de 5 000 kWh par an.

Les dépenses d’énergie les plus importantes dans une maison sont les dépenses liées au chauffage. En 2019, c’était près d’un SMIC et demi qui s’envolaient dans l’air ambiant de chaque foyer. La maison bioclimatique est donc conçue pour utiliser les ressources climatiques en vue de réaliser des économies d’énergie de chauffage et respecter le plafond des 50 kWh/an/m².

Les critères de la maison bioclimatique

Plusieurs critères permettent d’atteindre l’objectif de la RT 2012 dans une maison bioclimatique. L’architecture bioclimatique doit ainsi respecter quelques grands principes :

  • capter l’énergie du soleil et laisser entrer la lumière,
  • réaliser une isolation efficace pour conserver la chaleur,
  • redistribuer la chaleur dans toutes les pièces de vie,
  • bien penser la ventilation pour éviter les fuites.

Réaliser une construction bioclimatique implique donc de prévoir au nord les espaces qui ne nécessitent pas d’être chauffés (garage, cellier, etc.). Les pentes de toit doivent aussi être orientées en fonction des vents dominants. Côté sud, la maison bénéficiera de larges baies vitrées et, idéalement, de murs capteurs accumulateurs. L’isolation des toitures et des murs nord a une importance primordiale pour protéger l’enveloppe du froid.

Pour éviter de souffrir de la chaleur en été et limiter l’utilisation de la climatisation, quelques précautions s’imposent. La mise en place de tonnelles végétales et de débords de toit limite l’impact du soleil en été. La ventilation doit être efficace pour permettre un rafraîchissement naturel de l’air pendant la nuit.

L’isolation, l’une des pierres angulaires de la maison bioclimatique

Capter l’énergie du soleil et la conserver en hiver, tout comme empêcher la chaleur d’entrer en été passe inévitablement par une isolation thermique optimale. Les matériaux les plus intéressants sont le bois, la brique et la terre, complétés par une isolation extérieure pour limiter la présence de ponts thermiques. Le coefficient de transmission thermique des parois doit être augmenté de 20 %.

Les fenêtres doivent disposer d’un vitrage double, voire triple pour une parfaite efficacité. Pour les combles, le meilleur matériau est la ouate de cellulose, qui présente la plus grande efficacité, en plus d’être l’un des matériaux les plus écologiques.

La ventilation au sein de la maison bioclimatique doit être réalisée de façon tout aussi efficace. La solution idéale est composée d’une VMC double flux, associée à un puits canadien. Elle permet de réaliser de belles économies de chauffage.

La RT 2012 sera bientôt obsolète. La RT 2020, sauf report, devrait trouver à s’appliquer dès 2021. La maison passive viendra alors remplacer la maison bioclimatique en y ajoutant l’utilisation des énergies renouvelables.

Sources :