Isolation phonique : quelles aides de l’État ?

Date de publication : vendredi 6 novembre 2020

Le confort acoustique est important pour la santé, tout autant que peut l’être le confort thermique. Si l’isolation thermique est bien prise en compte par les aides de l’État, est-ce le cas pour l’isolation phonique ? Découvrez quelles sont les aides de l’État pour une isolation phonique.

Femme génée par le bruit

Le bruit, néfaste pour la santé

Selon une étude de l’AEE (Agence Européenne de l’Environnement), plus d’un Européen sur 4 souffre des nuisances sonores. Le bruit est néfaste pour la santé à de nombreux points de vue.

  • Impact du bruit sur l’audition

C’est sans doute l’effet le plus connu et celui dont on se protège le mieux. Au-delà de 130 dB(A), les bruits intenses peuvent entraîner la destruction des cellules ciliées situées dans l’oreille interne. Ils sont la cause la plus fréquente des acouphènes et de l’hyperacousie. Si ces sons violents se répètent, ils peuvent générer une surdité.

  • Impact du bruit sur le sommeil et la santé

Une exposition prolongée à 85 dB(A) peut être responsable d’une perturbation du cycle du sommeil. Ce fait est observé de façon plus prononcée chez les travailleurs nocturnes. Plus généralement, les médecins constatent que le bruit cause une augmentation de la tension artérielle et de la fréquence cardiaque, des risques d’infarctus, de cholestérol ou d’hypertension.

  • Impact du bruit sur la santé mentale

Les bruits de voisinage et les bruits de circulation entraînent, sur le long terme, une augmentation du stress et une détérioration de la santé mentale.

Les bruits des infrastructures

Il est difficile de se protéger de tous les bruits. Pourtant, la réglementation française impose aux infrastructures, notamment les aéroports, la mise en œuvre d’un plan de gêne sonore. Les riverains de ces infrastructures, situés dans le périmètre d’un plan de gêne sonore, peuvent obtenir des aides pour réaliser l’isolation phonique de leur habitation.

Il leur suffit de s’adresser à la direction de l’aéroport ou de l’infrastructure concernée, qui envoie un dossier de demande d’aide. A réception du dossier complet, le service réalisera un diagnostic acoustique pour vérifier la réalité de la gêne sonore. L’aide à l’isolation phonique d’une toiture de maison peut être selon la zone, de 2 900 euros à 3 500 euros par pièce.

Hors plan de gêne sonore, quelles aides à l’isolation phonique ?

Il existe heureusement des aides de l’État pour se protéger du bruit, même si vous n’êtes pas concerné par un plan de gêne sonore.

  • Aides du programme « Habiter Mieux » de l’ANAH Sous certaines conditions (revenus, notamment), vous pourrez obtenir une aide de l’ANAH pour réaliser vos travaux d’isolation acoustique. En effet, parmi les travaux éligibles aux aides de l’ANAH, figurent :
    • la « pose de menuiseries nouvelles ou en remplacement dans le cadre d’une amélioration ou d’une isolation thermique ou acoustique respectant les exigences de performance thermique de la Réglementation thermique éléments par éléments : décret n° 2007-363 du 19 mars 2007, article R. 131-28 du CCH, arrêté du 3 mai 2007. »
    • « l’amélioration de l’isolation acoustique des sols, plafonds et parois opaques donnant sur l’extérieur ou séparatives entre logements ou entre logements et parties communes » et « l’amélioration de l’isolation acoustique des matériels bruyants. »
  • Les aides à la rénovation énergétique Il faut savoir qu’une bonne isolation acoustique peut aussi être performante du point de vue thermique. Or les opérations d’isolation thermique sont généralement éligibles aux différentes aides de l’État :
    • MaPrimeRénov’,
    • Éco-prêt à taux zéro,
    • TVA à taux réduit.

Peuvent aussi être obtenues des aides locales, de la Région ou de l’intercommunalité notamment, en vue d’améliorer la performance énergétique du logement, et bien sûr la prime éco-énergie ou le coup de pouce « isolation ». aux et, par conséquent, d’économiser l’énergie de chauffage et sanitaire.

Performances thermique et acoustique

Pour que les travaux d’isolation acoustique soient éligibles aux aides à la rénovation thermique, ils doivent répondre à des critères de performance énergétique. Ainsi, la résistance thermique doit être au moins égale à 7².K/W dans les combles perdus et l’opération doit être réalisée par un professionnel RGE.

En matière d’isolation phonique, c’est le temps de déphasage qui constitue le critère d’efficacité.

Constituent un bon isolant à la fois thermique et phonique :

  • la laine de chanvre,
  • la laine de mouton,
  • la laine de roche,
  • la laine de verre,
  • la ouate de cellulose.

Selon l’isolant sélectionné, il pourra être nécessaire d’augmenter l’épaisseur pour obtenir la performance thermique et acoustique adéquate et bénéficier à la fois des aides de l’État et du meilleur confort.