Chaudière au fioul interdite par la loi, quelles alternatives ?

Date de publication : vendredi 13 octobre 2023

L'interdiction des chaudières au fioul fait partie intégrante des efforts des gouvernements pour promouvoir une transition énergétique vers des sources d'énergie plus propres, réduire les émissions de carbone, améliorer l'efficacité énergétique et préparer la société à un avenir plus durable sur le plan environnemental. Découvrez pourquoi les chaudières au fioul sont amenées à disparaître en France et quelles alternatives sont possibles pour se chauffer aux énergies renouvelables.

radiateurs et thermostat

L'interdiction des chaudières au fioul en France

La volonté du Gouvernement français d’interdire les chaudières au fioul prend son origine dans les changements climatiques et la diminution des ressources en énergie fossile. La transition énergétique passe nécessairement par un recours massif aux énergies propres et à une réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre.

Pourquoi les chaudières au fioul sont-elles amenées à être interdites en France ?

La France s’est engagée vers un objectif de neutralité carbone d’ici 2050. En interdisant les chaudières au fioul, le Gouvernement cherche donc à réduire les émissions de gaz à effet de serre : les chaudières au fioul sont en effet les appareils de chauffage qui émettent le plus de dioxyde de carbone (CO2), avec les chaudières à charbon, également interdites.

L’interdiction des chaudières fioul doit aussi contribuer à atteindre plusieurs objectifs de transition énergétique :

  • Réduire la dépendance aux énergies fossiles qui peut être à l’origine d’augmentations de prix colossales, comme on a pu le voir avec le gaz du fait de la Guerre en Ukraine.
  • Promouvoir les énergies renouvelables (solaire, éolienne, etc.), qui n’émettent pas de CO2.
  • Améliorer l'efficacité énergétique globale du chauffage, en favorisant le remplacement des appareils obsolètes.

Le décret du 5 janvier 2022 ne cite pas explicitement les chaudières fioul, mais il interdit l’installation de nouveaux équipements de chauffage et/ou production d’eau chaude sanitaire émettant plus de 300 g de CO2eq/kWh PCI (pouvoir calorifique inférieur, soit la quantité de chaleur fournie par la combustion). Cette mesure élimine de facto les chaudières fioul et les chaudières charbon, même les chaudières à condensation.

A partir de quelle date les chaudières au fioul seront-elles interdites ?

L’annonce de la disparition des chaudières fioul avait été faite dès 2018 par le Premier ministre, Edouard Philippe, à l’issue de la crise des gilets jaunes. Il s’engageait à aider les ménages à remplacer leur vieille chaudière fioul (présentes encore dans un foyer sur 10) grâce à une prime à la conversion.

L’interdiction d’installation de nouvelles chaudières au fioul a pris effet au 1er juillet 2022, aussi bien dans les bâtiments existants que dans les logements neufs. Un effort supplémentaire a été réalisé pour aider les ménages à remplacer les chaudières fioul :

  • Bonus MaPrimeRénov’ de 1000 euros jusqu’au 1er avril 2023,
  • Bonus CEE jusqu’au 1er juillet 2023.

Interdiction des chaudières au fioul : les exceptions

Sachez que si votre logement est équipé d’une chaudière fioul en parfait état de fonctionnement, vous n’êtes pas obligé de la remplacer.

Vous n’êtes pas non plus tenu de remplacer votre chaudière fioul dans les cas suivants :

  • La chaudière fioul est en panne mais celle-ci peut être réparée,
  • Vous disposez d’un système de chauffage principal et la chaudière fioul constitue un chauffage d’appoint.

La suppression des chaudières émettant trop de CO2 connaît aussi quelques exceptions réglementaires :

  • Lorsque le remplacement de la chaudière fioul est techniquement impossible, en raison de la non-conformité à des servitudes, au droit de propriété ou aux règles d’urbanisme ;
  • Lorsque le nouvel appareil ne peut être relié aux réseaux existants.

Les alternatives économiques à la chaudière au fioul

La fin des chaudières fioul étant désormais actée, il est temps de réfléchir à une alternative plus verte et moins coûteuse pour remplacer votre vieille chaudière. Voici quelques exemples de modes de chauffage susceptibles de vous offrir un meilleur confort avec une facture d’énergie réduite.

La pompe à chaleur air/eau

L’un des modes de chauffage les plus prisés pour remplacer une chaudière fioul est la pompe à chaleur air/eau. Composée de deux modules, extérieur et intérieur, elle prend les calories de l’air extérieur et les transforme en chaleur diffusée par un système de chauffage central. Une fois les deux modules installés, il suffit de raccorder la pompe à chaleur air/eau à votre circuit de chauffage.

Ce type de PAC peut produire 4 kWh d’énergie de chauffage avec 1 kWh d’électricité. C’est la solution à privilégier dans les régions tempérées, lorsque le logement est bien isolé. Prévoyez un espace suffisant pour installer les deux modules.

  • Coût d’installation : entre 8 et 13 000 euros.
  • MaPrimeRénov : 2 000 à 4 000 euros.

La PAC hybride

Fonctionnant comme la PAC air/eau, cette pompe à chaleur est couplée à une chaudière (gaz, bois, ou même fioul) qui peut compenser le fonctionnement de la PAC par températures très froides.

Ce type de PAC convient très bien dans les régions les plus froides, même si le volume à chauffer est important.

  • Coût d’installation : 8 à 10 000 euros pour la PAC et 4 500 à 6 000 euros pour la chaudière.
  • MaPrimeRénov’ : 2 000 à 4 000 euros.

La chaudière à bois

Les chaudières bois avec approvisionnement automatique peuvent être connectées au chauffage central existant et présentent un rendement supérieur à 85 %. Il faut prévoir un grand espace pour installer la chaudière et un espace sec et ventilé pour stocker le bois.

Lire aussi : Bois ou fioul : quelle est la chaudière la plus économique ?

Ce système de chauffage est idéal pour chauffer une grande maison, à condition d’obtenir du bois pas cher à profusion et de disposer de grands espaces.

  • Coût d’installation : 12 à 18 000 euros.
  • MaPrimeRénov’ : 4 000 à 10 000 euros si alimentation automatique, 3 000 à 8 000 euros si alimentation manuelle.

La chaudière biomasse

Ce type de chaudière fonctionne comme la chaudière bois. Le combustible de la chaudière biomasse inclut tout type de biomasse : déchets du bois, bois plaquette, bois déchiqueté, bois granulés et bien sûr bois bûches.
  • Se référer à la section « chaudière bois » pour les coûts d’installation et l’aide MaPrimeRénov’.

La pompe à chaleur géothermique

Les PAC géothermiques puisent la chaleur dans le sol. Hormis ce point, elles fonctionnent sur le même principe que la PAC air/eau et peuvent être également raccordées au réseau de chauffage existant.
  • Coût d’installation : 14 à 18 000 euros.
  • MaPrimeRénov’ : 4 000 à 10 000 euros.

La chaudière au gaz

A ce jour, les chaudières gaz ne sont interdites que dans les logements neufs. Si elles émettent moins de 300 g de CO2eq/kWh PCI, elles peuvent encore être installées dans les logements anciens. Cependant, compte tenu de l’augmentation très importante des prix du gaz en 2022, elles n’offrent pas les meilleures conditions pour remplacer une chaudière fioul, à moins d’avoir un rapport puissance/rendement favorable.
  • Coût d’installation : 4 à 6 000 euros.
  • MaPrimeRénov’ : non concerné.

Les coûts de transition vers les systèmes de chauffage alternatifs

Hormis la chaudière gaz, qui ne constitue pas la panacée en matière de solution alternative, le coût d’installation d’une solution de chauffage central performante en remplacement de la chaudière fioul coûte entre 8 000 et 18 000 euros. En matière de transition énergétique, elle devrait s’accompagner de travaux d’isolation pour préserver la chaleur produite à l’intérieur du logement. Le coût d’une opération globale de rénovation peut vite atteindre 30 000 à 40 000 euros.

L'impact économique de la transition énergétique

S’il ne fait aucun doute que la transition énergétique a un coût élevé, il n’en reste pas moins qu’elle bénéficiera à long terme aux ménages, particulièrement les plus modestes, aussi bien en termes financiers qu’en matière de confort.

Les aides financières disponibles pour remplacer sa chaudière au fioul

C’est pour diminuer le coût de la rénovation énergétique que le Gouvernement a mis en place tout un panel d’aides :
  • MaPrimeRénov’ : de 2 000 à 10 000 euros selon les travaux et le profil des ménages.
  • Prime éco énergie Auchan : jusqu’à 5 400 euros.
  • Eco-prêt à taux zéro : jusqu’à 50 000 euros.
  • Taux réduit de TVA (5,5 %).
  • Prêt avance rénovation remboursable lors de la cession du bien.

Le Gouvernement a mis en place des moyens financiers massifs pour éradiquer les chaudières fioul. Depuis juillet 2023, les aides ont diminué, notamment avec la suppression du coup de boost chauffage. Elles restent encore attractives pour inciter à changer sa chaudière fioul avant qu’il ne soit trop tard.