+

Pourquoi et quand faire un audit énergétique : le guide

Date de publication : vendredi 29 avril 2022

Si le diagnostic énergétique est nécessaire pour vendre ou louer un bien, l’audit énergétique est un préalable indispensable à sa rénovation. L’audit énergétique garantit des travaux d’économie d’énergie ciblés pour obtenir une réelle amélioration de la performance énergétique du logement.

audit energie

L’audit énergétique, c’est quoi ?

La réalisation d’un audit énergétique consiste à dresser le bilan de la performance énergétique d’un logement. Il permet au propriétaire désireux d’effectuer des travaux énergétiques de savoir précisément quels sont ceux qui garantiront les meilleures gains de performance énergétique.

L’audit énergétique est réalisé par un bureau d’études agréé. Celui-ci doit fournir des informations complémentaires au diagnostic de performance énergétique. Le DPE se borne à rechercher la classe énergie-climat d’un logement. L’audit est une étude plus poussée qui définit les points faibles qui entraînent des surconsommations ; il dispense des conseils en matière de travaux à réaliser pour améliorer la classe énergie-climat du logement.

L’étude comporte un certain nombre de renseignements :

  • un recueil de données (consommations, déperditions, besoins des occupants),
  • la modélisation du logement,
  • des recommandations en vue de l’amélioration de la performance énergétique et de la gestion des différents équipements,
  • des préconisations relatives aux comportements sobres en énergie,
  • deux scénarios de travaux qui permettent d’améliorer la performance énergétique :
    • l’un comportant 4 étapes au plus pour atteindre le niveau BBC rénovation,
    • l’autre en une seule étape, permettant de réduire les consommations d’énergie d’au moins 30 % et de limiter à 330 kWh/m²/an la consommation du logement après travaux,
  • un rapport de synthèse.

Pourquoi réaliser un audit énergétique ?

Lorsque vous voulez réaliser des travaux de rénovation énergétique, vous pouvez procéder à une rénovation globale, qui aborde tous les points à améliorer :

  • isolation des combles, des murs et des sols,
  • changement du système de chauffage,
  • installation d’équipements de régulation du chauffage,
  • ventilation,
  • changement des portes et fenêtres.

Si vous privilégiez un étalement des travaux, il vous faut connaître la performance énergétique réelle de votre logement pour pouvoir planifier les travaux par ordre de priorité. Vous commencerez ainsi par réaliser les travaux qui permettent les gains énergétiques les plus rapides. Vous éviterez aussi de payer pour réaliser des travaux inutiles.

Quand l’audit énergétique est-il imposé par la réglementation ?

La loi « Climat et Résilience » impose, depuis le 1er janvier 2022, un audit énergétique en cas de vente d’une maison, dès lors qu’elle est classée F ou G par le DPE, c’est-à-dire considérée comme passoire thermique. Sont également concernés les immeubles en monopropriété classés F ou G par le DPE. Cela permet au futur acquéreur de connaître les travaux dans lesquels il devra s’engager rapidement et, éventuellement, de négocier le prix d’achat.

L’application de la loi a été reportée au 1er septembre 2022, pour permettre aux professionnels de s’adapter à cette nouvelle réglementation. D’une part, les bureaux d’études disposent de plus de temps pour se former et adapter leurs moyens. D’autre part, des logiciels de calcul sont en cours de mise au point en vue d’une pratique homogène.

Il faut préciser que l’audit énergétique imposé par la loi ne peut pas bénéficier des aides à la rénovation énergétique.

Quand peut-il être nécessaire sans être imposé ?

En dehors des cas explicitement prévus par la législation, l’audit énergétique peut s’avérer indispensable. En effet, certaines aides sont conditionnées à la réalisation préalable d’un audit énergétique.

Un audit énergétique préalable, datant de moins d’un an, est ainsi nécessaire pour que les travaux énergétiques puissent bénéficier :

  • de l’aide forfaitaire MaPrimeRénov « rénovation globale »,
  • du bonus BBC (bâtiment basse consommation, c’est-à-dire de classe A ou B),
  • du bonus « sortie de passoire énergétique » pour les logements classés F ou G,
  • de l’éco-prêt à taux zéro « performance énergétique globale ».

Dans le cas de l’audit préalable à une opération de rénovation globale, une aide MaPrimeRénov peut être versée, de 300 euros pour les ménages aux revenus intermédiaires, 400 euros pour les ménages aux revenus modestes et 500 euros pour les ménages aux revenus très modestes.