CIDD : Crédit d'Impôts Développement Durable

Date de publication : lundi 20 octobre 2014

Depuis le 1er septembre 2014, le crédit d’impôt développement durable (CIDD) est simplifié et renforcé à hauteur de 30 % du coût des travaux, jusqu’à 8000 euros de travaux pour une personne seule et 16 000 euros pour un couple soumis à une imposition commune. Cette somme est majorée de 400 € par personne à charge. Un taux unique de 30% au lieu de 15 ou 25% sera appliqué sans obligation de réaliser un bouquet travaux. Le CIDD est également étendu aux compteurs individuels de chauffage et d’eau chaude, pour permettre à chacun de mieux maîtriser ses consommations, ainsi qu’aux points de recharge de véhicules électriques, pour accompagner leur développement.

Qu’est-ce que le crédit d’impôts développement durable (CIDD) ?

Créé en 2005, le crédit d’impôts développement durable ou CIDD est un dispositif d’aide aux travaux de rénovation énergétique des logements. Destiné aux ménages domiciliés en France, qu’ils soient propriétaires ou locataires, le CIDD est un crédit d’impôts. Contrairement à une réduction d’impôt, si le ménage ne paie pas d’impôts sur le revenu, ou paie un impôt moins élevé que le montant de l’aide, le service des impôts lui reverse la différence.

Le crédit d’impôts développement durable peut atteindre jusqu’à 16 000 euros pour un couple ou 8 000 euros pour une personne seule. Il est attribué pour l’acquisition des matériaux et équipements contribuant aux économies d’énergies :

  • matériaux isolants,
  • chaudière bois ou biomasse,
  • chauffage utilisant une énergie renouvelable,
  • portes et volets isolants,
  • thermostats,
  • isolation des fenêtres.

Deux taux existent : 15 et 25 %, selon que les ménages réalisent une action unique ou un bouquet d’actions incluant isolation et chauffage.

Quelles différences entre CIDD, CITE et MaPrimeRenov’ ?

Le CITE (crédit d’impôts pour la transition écologique) a remplacé le CIDD à partir de septembre 2014. Dès lors, le crédit d’impôts est de 30 % et non plus de 15 ou 25 %. Il porte non seulement sur l’acquisition des équipements et matériaux mais aussi sur les dépenses liées aux travaux :

C’est à partir de 2014 qu’est introduite une condition d’éco conditionnalité. En effet, les travaux doivent désormais être réalisés par des artisans RGE (reconnus garants pour l’environnement). Seuls les plafonds d’aide restent inchangés.

Le CITE a été remplacé par la prime de transition énergétique dénommée MaPrimeRénov’ à partir de 2020, d’abord progressivement puis définitivement en 2021.

Tous les ménages peuvent bénéficier de MaPrimeRénov’ dès lors qu’ils réalisent des travaux de rénovation énergétique. Le montant d’aide est défini par leur profil rose, jaune, bleu ou violet, qui dépend de leur revenu fiscal de référence.

Comment bénéficier de MaPrimeRenov’ ?

MaPrimeRénov’ est le dispositif d’aide à la rénovation énergétique mis en place depuis 2020. Il est accessible à tous les ménages propriétaires, quels que soient leurs revenus.

Le logement dans lequel sont effectués les travaux doit être construit depuis 15 ans et plus. Les travaux de remplacement d’une vieille chaudière sont éligibles s’ils sont réalisés dans les logements construits depuis 2 ans et plus.

Il doit s’agir de la résidence principale du propriétaire ou de son locataire. Dans le cas d’une location, le contrat de bail doit être signé pour une durée minimale de 5 ans au moment du versement de l’aide.

Le montant de l’aide dépend du profil du propriétaire. Il peut être calculé avec le simulateur qui se trouve sur le site MaPrimeRenov.gouv.fr.

D’autres aides à la rénovation sont disponibles : éco-prêt à taux zéro, certificats d’économies d’énergie, TVA à taux réduit, aides des collectivités.

Nota-Bene

Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique financement travaux :
prime-eco-energie.auchan.fr/financement-travaux/