Coefficient Uw : comprendre la performance thermique des fenêtres

Date de publication : vendredi 1er octobre 2021

L’ADEME a calculé que, dans les logements construits avant 1974, les fenêtres sont responsables de 10 à 15 % des déperditions d’énergie. Dans le cadre de la rénovation énergétique d’une maison, il est donc important de connaître la performance thermique des fenêtres. Coefficient Uw, labels de qualité, comment bien choisir ses fenêtres ?

Fenêtre ouverte

Coefficient Uw, le coefficient thermique des fenêtres

Conserver des fenêtres anciennes dans un logement bien isolé créerait immanquablement des ponts thermiques, à l’origine des moisissures et autres traces d’humidité. Avant de changer les fenêtres, il faut bien comprendre le coefficient Uw, coefficient thermique des fenêtres, mais aussi les autres coefficients, importants dans le choix d’une fenêtre.

Le coefficient Uw permet de connaître la performance thermique d’une fenêtre. Le coefficient U est le coefficient de transmission thermique des parois vitrées :

  • Uw pour les fenêtres,
  • Up pour les portes,
  • Ug pour les vitres.

Plus le coefficient Uw est faible, moins la fenêtre laisse passer l’air froid. Elle joue correctement son rôle d’isolation et permet d’éviter les ponts thermiques.

Ce critère tient compte de plusieurs points :

  • Ug, la transmission thermique du vitrage de la fenêtre,
  • Uf, la transmission thermique du châssis de la fenêtre,
  • Ψg, le coefficient thermique linéique du joint vitrage/châssis.

L’indice w s’applique à l’ensemble d’une fenêtre, tandis que l’indice f ne s’applique qu’au châssis et l’indice g au vitrage. Le coefficient Uw se calcule en additionnant les coefficients relatifs à ces différents indices.

Il est admis qu’un coefficient Uw inférieur à 1,1 W/m².K (watt par mètre carré kelvin) permet d’obtenir une très bonne isolation au niveau des fenêtres. Cela correspond à une fenêtre double-vitrage. Évidemment, la pose des ouvrants est fondamentale pour préserver toutes leurs caractéristiques thermiques.

Choix des fenêtres : les autres coefficients

Il existe d’autres coefficients qui peuvent intervenir dans le choix des fenêtres, selon la localisation du logement. Un logement situé en ville nécessitera des vitrages suffisamment isolants du point de vue phonique. Dans les régions les moins ensoleillées, le coefficient de luminosité retiendra toute votre attention. A l’inverse, dans les régions les plus chaudes et ensoleillées, le coefficient Sw a toute son importance pour maintenir un bon confort d’été.

Coefficient Rw, pour une bonne isolation phonique

Le coefficient Rw permet de déterminer la réduction du nombre de décibels opérée par la fenêtre. Rappelons qu’un logement confortable possède un niveau sonore inférieur à 35 décibels (Db).

L’indice Rw, dit « indice d’affaiblissement global », calculé en laboratoire, mesure la différence de décibels entre l’extérieur et l’intérieur. Plus il est élevé, meilleure est l’isolation phonique de la fenêtre.

Le double-vitrage, particulièrement le double-vitrage renforcé (vitrage ITR), utilise le système masse-ressort-masse pour limiter la pénétration des bruits. L’air ou le gaz placé entre les deux vitres joue le rôle de ressort et atténue ainsi de façon importante la puissance des décibels.

Un coefficient supérieur à 30 Db s’avère nécessaire lorsque la présence d’une école, d’une route importante ou d’un aéroport engendrent des bruits routiers et aériens importants.

Coefficient Sw pour un bon confort d’été

Le confort d’été fait partie des critères retenus pour la construction des logements BBC (bâtiment basse consommation). Une maison qui possède de nombreuses parois vitrées dans une région très ensoleillée peut constituer une véritable fournaise en été.

Le facteur solaire Sw va de 0 à 1. 1 correspond à une fenêtre qui laisse passer la chaleur du soleil. A l’opposé, une fenêtre au Sw 0 ne transmet pas la chaleur du soleil. Les doubles-vitrages offrent généralement une protection contre la chaleur du soleil plus efficace qu’un simple vitrage. Le triple vitrage peut être nécessaire pour les pièces les plus exposées.

TLw, le coefficient dans les logements peu lumineux

Le coefficient TLw présente un grand intérêt dans les logements anciens, aux murs épais et aux fenêtres de petite taille. Peu éclairés, ces logements profiteront de toute la lumière naturelle transmise par les fenêtres.

Comme le Sw, le TLw est compris entre 0 et 1. En revanche, le facteur le plus élevé est celui qui laisse passer le maximum de luminosité. Le coefficient de transmission lumineuse ne doit pas être écarté, sans pour autant oublier les coefficients thermiques et solaires.

À noter, le changement des fenêtres est éligible à la plupart des aides à la rénovation énergétique, sous réserve de respecter des critères de performance énergétique suffisamment élevés :

  • MaPrimeRénov’ ou Habiter Mieux Sérénité,
  • TVA réduite,
  • Éco-prêt à taux zéro,
  • Prime éco-énergie Auchan.